Festival Eperluette

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L'édition 2016 d'Eperluette se déroulera du 18 au 20 novembre.

Dans les contes comme dans la vie que l’on soit héros ou simple quidam : Petit Poucet ou Monsieur et Madame Duchemin…on ne sait pas trop où aller. Et quand arrive le premier carrefour…il faut choisir. Quel chemin prendre ?

Alors, on va son petit bonhomme de chemin, hasardeux chemin de faire, de défaire et de refaire…on ne fait pas l’économie du chemin dit-on ?Alors on marche dans la vie…en semant des petits cailloux d’éternité.

Marche aujourd’hui, marche demain, à force de marcher on fait du chemin !!!

Chacun son chemin…

Aux nourrissons, la voie lactée,

Aux avocats le droit chemin…

Aux monarques les chemins carrossables .

Un chemin creux pour ceux qui ont faim, un chemin faisant pour les chasseurs…un chemin sans issue pour les indécis, un chemin des dames pour les messieurs…

Mais laissons là les chemins tous tracés…quittons les chemins battus… laissons les ramoneurs s’acheminer, laissons les chiens prendre le chemin des colliers…et empruntons les chemins buissonniers…

Alors le temps du festival, nous vous invitons à prendre les itinéraires bis... suivons le chemin d’Eperluette. Quelque chose me dit qu’en ces temps tourmentés, les contes et la musique pourraient nous servir de GPS…

Alors en route !

 

 


VENDREDI 18 NOVEMBRE 20 h 30
VENDREDI 18 NOVEMBRE 20 h 30
SAMEDI 19 NOVEMBRE 11 h 00
SAMEDI 19 NOVEMBRE 18 h 00
SEBASTIEN BERTRAND
SANDRINE BOURREAU
JEAN-LOUIS COUSSEAU & ETIENNE BOISDRON
M. MOUCH



Le chemin de la belle étoile

La croisade du bonheur

Peut-être un rat, peut-être une rose

Contes bio
« Le bruit y a du bruit partout, les enfants, la ville, les klaxons dehors. Soeur Joseph s’assoit devant les archives de l’orphelinat, devant une armoire métallique grise, tire les dossiers triés par ordre alphabétique. B comme Bertrand ou Bouchara...»
« Ce n’est pas une caricature de paysanne, mais le portrait d’une femme authentique. Tout au long de sa conférence, cette bavarde au langage fleuri se dit et se dévoile, souvent drôle, tantôt émouvante, parfois exécrable mais toujours généreuse. Au delà de sa mogette magnétisée, c’est elle, par sa sincérité et son humanité, qui porte bonheur... »
« un art martial, quelque chose en équilibre entre souffle et énergie, l’intérieur et l’exterieur. Un moment magique et précieux à ne pas louper. Chut ! En route... »
« Les enfants peuvent accompagner leurs parents. Bon, parfois on pleure un peu, mais ne vous inquiétez pas, M. Mouch vous garantit une sortie de spectacle pleine de sourires et d’envies d’être des gens bons, pas des cochons... »
SAMEDI 19 NOVEMBRE 20 h 30
SAMEDI 19 NOVEMBRE 20 h 30
DIMANCHE 20 NOVEMBRE 09 h 30
DIMANCHE 20 NOVEMBRE 16 h 00
PHILIPPE SIZAIRE & AUGUSTE HARLÉ

RÉMY BOUSSENGUI
JEROME AUBINEAU & BASILE GAHON

JOYEUSE EQUIPE



Qui perd gagne

La sagesse de Kofi
Le réveil maman
Les raisons de la colère
"“Qui perd gagne” vous emmène en musique et en histoires (drôles, tristes, tristement drôles ou drôlement tristes) sur une île écossaise, dans un bazar arménien, dans le labyrinthe du passé d’une vieille femme juive, parmi les doutes d’un homme d’affaires qui n’a plus rien à faire, dans le sac à souvenirs d’un Rwandais à Paris..."
« De quelle sagesse s’agit-il ? De celle du vautour ou de celle du magicien ? De celle de l’enfant ou de celle de l’écureuil ? On avait dit à Kofi : “Va sur les sentiers, parcours les villages et les forêts, interroge tout ce qui bouge et qui respire, écoute le langage de l’homme comme celui de l’animal, récolte la sagesse partout où tu la trouveras et enferme-la dans la calebasse… »
" Oscar est un petit garçon qui est toujours en retard. C’est sa maman qui le réveille. C’est son réveil maman. Mais attention, ce n’est pas un réveil comme les autres. Son réveil maman a trois sonneries..."
« Dans 2 500 ans, des géants convoiteront le soleil et la lune... Des tisseuses, animaux à mille z’yeux, veilleront farouchement sur l’unique jardin... Sur une planète asséchée, seuls subsisteront quelques peuples, en guerre perpétuelle... Des grenouilles, détentrices de l’unique source, leur diront “à côa crrrrrroire”... Et ce monde tournera, encore et encore, au rythme des géants, jusqu’au jour où... Un enfant, petit grain de sable, va croquer la graine de la révolte !"